R.I.A. et R.A.

Les fonctionnaires d'Etat titulaires ou pas, peuvent prétendre à déjeuner dans une structure de restauration collective administrative.

Il existe deux types de structures :

  • celle gérée par un ministère et destinée à la satisfaction des agents de ce seul ministère, on parle de Restaurant Administratif ou R.A.
  • celle financée sur des budgets interministériels et dont la gestion peut-être confiée à un ministère mais dont l'intérêt se conjugue vers la satisfaction des agents de l' Etat de plusieurs ministères. On parle de Restaurant Inter Administratif ou R.I.A.

Objectifs et obligations

Le but de ces structures collectives est de proposer une restauration satisfaisante et équilibrée à un coût modéré dans le respect des conditions sanitaires réglementaires.

De plus, le cadre juridique impose le respect des règles nationales et des conventions passées, non seulement avec les administrations dont les agents sont les clients mais également avec les éventuelles sociétés concessionnaires.

Un prix du repas variable

Une prestation interministérielle d'aide à la restauration appelée prestation repas s'applique aux tarifs des R.A. ou R.I.A., elle s'élève à 1,17 euros par repas et par agent.

Chacune des structures collectives de restauration applique un tarif qui lui est propre. En effet, certaines facturent au périphérique acheté par l'agent par exemple une entrée, un plat de résistance ou un dessert.

D'autres facturent au plateau avec un nombre de périphériques définis pour un prix donné.

Ces interprétations d'organisation ont un impact sur le coût du repas.

Les enjeux futurs

Outre les enjeux habituels de ces restaurants du point de vue gestion, rentabilité, respect des règles sanitaires et des droits des employés, l'intégration du bio est une priorité délicate à mettre en place.

La loi donne obligation à l'Etat.................................. Mais comment intégrer cette alimentation sans impacter le coût du repas de l'agent et permettre à la structure de se gérer correctement.

Un autre objectif de la SRIAS Rhône-Alpes notamment est la prise en compte des personnels qui travaillent en horaires dits "atypiques". Ces derniers ne sont pas bénéficiaires de la prestation repas de 1,17 euros mais en plus ne bénéficient pas de structures pouvant les accueillir.

L'équilibre alimentaire est dès lors menacé . Il demeure possible de conventionner avec un prestataire privée de restauration pour se substanter mais cela demeure une solution temporaire d'externalisation.

C'est en cela que le schéma directeur de la restauration collective peut nous aider à travailler et proposer des solutions sur ce problème qui est tout sauf marginal.

http://www.draaf.rhone-alpes.agriculture.gouv.fr/Programme-National-pour-l,1550